Elle court, elle court …. la courée

Affiche courée 22-23 mars

L’atelier théâtral « les Z’1 pros » de la maison du 60 s’est produit le week-end du 22/23 mars 2014 au couvent de Lille. Les frères Charles et Pierre-André comptaient parmi les acteurs. Le frère Charles témoigne de ces représentations.


Il y a quelques jours a eu lieu au couvent de Lille une représentation théâtrale hors norme ! Les tables et les chaises de notre grand réfectoire ont fait place à un décor typiquement lillois qui nous plonge dans les courées (ces petites cours du Nord où vivent des gens modestes dans une certaine promiscuité mais aussi portés par une joie de vivre, de partager, de se soutenir). Et ce soir là, ce sont les Z’1pros de la maison du 60 (ex communauté du 28) qui assuraient le spectacle. Depuis deux ans tous ces acteurs en herbe ont écrit et monté cette pièce avec l’aide d’un metteur en scène de talent. Chacun a apporté son histoire, ses difficultés et ses joies pour faire vivre cette pièce qui nous mène des rires aux larmes. J’étais moi-même acteur avec trois petits rôles. Quelle joie de partager une telle aventure, pleine de rebondissements, de stress mais aussi de bonne détente. On s’amuse vraiment sur scène et il parait que cela se voit ! Et quand les acteurs se font plaisir c’est tout le public qui en profite. 240 personnes sont venus nous voir ce week-end. Merci à tous. On a encore envie de jouer.. pour nous… pour vous.

Synopsis : Pierre et Simone, Solange et Joseph habitent une courée qui ne manque pas d’air. Entre les pétarades de mobylette de la Justine, fille de Pierre et Simone qui fait les quatre cents coups et l’intrigante Jeanne qui reçoit chez elle toutes sortes de personnes, l’animation ne fait pas défaut — sans compter la vieille Mauricette, les lapins de Pierre, l’oiseau de Joseph, les danses sous le fil à linge. Et un accordéon pour accompagner la valse finale. Un véritable ballet où se croisent un charbonnier, un ouvrier à vélo, un facteur, un docteur, une assistante sociale, un croque-mort, un prêtre, des délégués syndicaux, bref… la courée n’en finit par de courir.

Ce contenu a été publié dans Apostolat. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.