Frères, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?

Frères, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?

Prédication sur la deuxième lecture du 2ème dimanche de Carême 2018

Fr. Eric-Marie MWANZA

« Frères, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Il n’a pas épargné son propre Fils, mais il l’a livré pour nous tous : comment pourrait-il, avec lui, ne pas nous donner tout ? Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? Dieu est celui qui rend juste : alors, qui pourra condamner ? Le Christ Jésus est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, il intercède pour nous. » (Rm 8, 31b-34)

Si dans ce temps de Carême, nous sommes invités à suivre le Seigneur dans le désert, il est aussi vrai que toute la vie chrétienne est marquée par la Croix. Parfois, cette Croix peut sembler être un fardeau bien trop lourd à porter. De même que Dieu a fait sortir Israël d’Egypte, il nous a mis à part et nous a libéré de l’esclavage du péché. Mais maintenant, nous voici dans le désert ! Un désert spirituel au milieu de l’abondance matérielle. En effet, la société nous inonde de ce qui est superflu pour que nous oubliions ce qui est essentiel.

Rappelez-vous ! Deux sortes de cri se sont fait entendre dans le désert : les murmures des hébreux contre Dieu et la voix de saint Jean le Baptiste. A l’image des premiers, nous pouvons être tentés par le doute et nous demander si la suite du Christ a encore un sens. A quoi bon son incarnation ? A quoi bon sa mort ? A quoi bon sa résurrection ? Tout cela n’a-t-il pas été accompli en vain ? Et de toute façon, qui s’en soucie encore aujourd’hui ?

En vérité, si l’homme veut bien faire silence en lui-même, il peut entendre une voix, cette voix familière qui parle au cœur de tout être humain. Alors il découvre que sa soif d’absolu peut être assouvie par le porteur d’eau vive. Oui, le Christ n’est pas un mirage mais une oasis. Ne doutons pas de la fidélité du Seigneur. Il est avec nous dans cette traversée du désert. Par sa voix, Saint Jean le Baptiste lui a rendu témoignage en disant : « Celui qui vient derrière moi est passé devant moi » car le Seigneur ouvre et ferme la marche de son peuple.

« Frères, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » Que sont les vents contraires face au souffle de l’Esprit ? Que sont nos péchés face à la Miséricorde divine ? Nous n’avons pas fini de nous perdre dans l’infini de Dieu ! Encore aujourd’hui, laissons-nous surprendre par la Bonne Nouvelle ! Le Seigneur nous mène dans le désert, non pas pour nous y faire périr, mais pour faire mourir ce qui en nous lui résiste.

 

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!