« Souvenez-vous »

« Souvenez-vous »

Méditation du fr. Albert Bażyk o.p.

pour le 1er dimanche de l’Avent, sur la 1ère lecture de la messe. (Is 2, 1-5)

Frères et sœurs, « bonne année » !

Oui, je sais qu’hier nous n’avons pas célébré de réveillon mais vous savez bien que notre année liturgique est terminée et que par les Vêpres d’hier soir, nous avons anticipé sur l’année civile.

Mais nous commençons sans vraiment finir.

Souvenez-vous, les textes de la semaine dernière nous ont raconté les événements des temps derniers et aujourd’hui la liturgie semble continuer cette réflexion par la bouche du prophète Isaïe. « Il arrivera dans les derniers jours que la montagne de la maison du Seigneur se tiendra plus haut que les monts, s’élèvera au-dessus des collines. »

Et comment comprendre que ce temps d’attente de la venue de Notre Seigneur commence par les récits sur les derniers temps ? Quel type de venue attendons-nous ? Attendons-nous un prophète ? Un roi ? Un accomplissement des promesses de l’Ancien Testament ? Ou bien attendons-nous un bébé qui va naitre dans la crèche, posé sur la paille ? Ou bien attendons-nous peut-être quelqu’un d’autre ?

Pour certains auteurs chrétiens il y a deux venues de Christ. Celle qui nous connaissons bien – son Incarnation, comme événement dans l’histoire. Et celle de sa venue glorieuse dans les derniers temps, un avènement dont nous ignorons encore la date. « Dans la première le Christ fut notre salut, dans la dernière, il se manifestera comme notre vie, dans celle-ci il est notre repos et notre réconfort », comme le disait Saint-Bernard.

Quelle venue de Christ attendons-nous ? Celle des prophètes ? La présence du Messie dans notre vie ? Attendons-nous la venue de quelqu’un qui mettra fin à nos disputes sociales ?

Oui, nous savons bien que la venue du Verbe Incarné vient changer notre vie, la bouleverser, la transformer. Sommes-nous prêts ?

La liturgie de ce début de l’Avent va nous faire parcourir cette venue dans la gloire du Christ et ensuite, à l’approche de Noël, elle nous proposera la mémoire de l’événement de Bethleem. Ainsi l’Église nous montre que ces deux événements sont intimement liés et nous vivons entre les deux.

Ce Christ qui vient, recevons-Le comme un nouveau-né, comme il était attendu par les prophètes et préparons-nous à son retour dans la gloire, peut-être maintenant, peut-être demain…

Aujourd’hui, en gardant en mémoire les événements des derniers jours, redisons avec Isaïe : « De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre. »

Et en ce début de l’Avent, frères et sœurs, je vous souhaite une belle attente !

 

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!