Le Christ Prophète

Le Christ Prophète

(Witnesses/Righteous Moses, Nikola Saric)

Sermon dimanche, 4ème Semaine du Temps Ordinaire, 2021 (Dt 18, 15-20)

« Jésus n’est pas un simple prophète. Il est DIEU ! »

On entend souvent ce genre d’explication apologétique de la nature unique de la foi chrétienne. Notre foi en l’homme-dieu, contrairement à nos cousins monothéistes, et à d’autres religions avec des figures saintes qui sont des porte-parole de Dieu.

Nous, nous avons Jésus, et il est DIEU incarné.

Cela est bien sûr vrai.

Mais si nous nous contentons d’une simple version de cette opposition entre Dieu incarné et la figure d’un prophète, nous ne pourrons peut-être pas apprécier et saisir la manière dont Dieu est venu nous visiter, nous parler, dans l’homme Jésus : le Christ prophète au cœur brûlant de la parole de Dieu.

Car, en vérité, il y a des jours où nous avons du mal à voir Dieu en Jésus, malgré nos convictions orthodoxes, alors qu’en fait tout ce que nous pouvons voir en lui est encore un autre dans la longue lignée des prophètes, et pour ces jours-là, nous devons nous préparer avec une profonde attachment, un amour et une dévotion pour le Christ Prophète.

Qu’est-ce donc qu’un prophète ? Et comment Jésus exerce-t-il cette fonction dans le cadre de son œuvre rédemptrice ? Revenons au Deutéronome :

« Je ferai se lever au milieu de leurs frères un prophète comme toi ; je mettrai dans sa bouche mes paroles, et il leur dira tout ce que je lui prescrirai. »

L’idée commune d’un prophète est presque exclusivement liée à la capacité de prédire et de prévoir l’avenir. Et cela a du sens. La chute de Jérusalem, la survie de la ligne davidique, la venue du Messie. Mais le point important n’est pas qu’ils aient un pouvoir magique de prédiction. Ils sont habités par la Parole de Dieu qui brûle dans leurs entrailles : qui les convainc de la fidélité de Dieu. Il ne trahira point son peuple. Et la vie du prophète s’unit à cette mission de parler, à cette impossibilité de se taire que le prophète Jérémie décrit comme « un feu brûlant dans mon cœur, elle était enfermée dans mes os. Je m’épuisais à la maîtriser, sans y réussir. » (Jer 20:8-9)

Jésus était un tel prophète qui enseignait « en homme qui a autorité » propulsé par sa compassion pour les brebis perdues d’Israël. Au Mont Horeb, le peuple avait dit : « Je ne veux plus entendre la voix du Seigneur mon Dieu, je ne veux plus voir cette grande flamme » et en réponse à cela, Dieu promet de mettre sa parole dans la bouche du prophète, une parole qui brûlera comme cette grande flamme. Après avoir raconté comment Jésus, comme un nouveau Moïse, nourrit le peuple avec un pain miraculeux, Jean écrit que « À la vue du signe que Jésus avait accompli, les gens disaient : C’est vraiment lui le Prophète annoncé, celui qui vient dans le monde. » (Joh 6)

Mais ces paroles et ces signes prophétiques de Jésus en ont laissé plus d’un qui lui demandait encore et encore : « Toi, qui es-tu ? » Et Jésus leur répondit : « Je n’ai pas cessé de vous le dire … Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS, et que je ne fais rien de moi-même ; ce que je dis là, je le dis comme le Père me l’a enseigné. » (John 8 :28)

Ici, Jésus fait une prophétie sur la façon dont sa Passion – lorsqu’il sera élevé – sera le grand signe qui révélera qui il est. C’est sa croix qui deviendra la clé qui ouvre le trésor des Écritures. Et ainsi, la prophétie de Jésus continue de s’accomplir chaque jour, lorsque nous cherchons son visage dans les Écritures. C’est ainsi que nous pouvons être vraiment comme le Christ Prophète, lorsque nous devenons habités par la Parole qui brûle dans nos cœurs, nous obligeant à prêcher, « c’est une nécessité qui s’impose à moi. Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! » (1 Cor 9:16)

Fr. Filip Maria Ekman OP

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!