La Loi est une grâce

La Loi est une grâce

(Witnesses/Righteous Moses, Nikola Saric)

Sermon dimanche, 3ème Semaine de Carême, 2021 (Ex 20, 1-17)

En ces jours-là, sur le Sinaï, Dieu prononça toutes les paroles que voici :
« Je suis le Seigneur ton Dieu,
qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte,
de la maison d’esclavage.
Tu n’auras pas d’autres dieux en face de moi. »

Nous avons eu cette semaine beaucoup de textes qui nous préparent ce soir à entendre les dix commandements.


Il y a eu le psaume 1, et son parallèle chez le prophète Jérémie : l’homme qui se plaît dans la Loi du Seigneur et la médite, celui-là est, vous le savez, comme un arbre, toujours vert !
Il y a eu les scribes et les pharisiens, qui enseignent dans la chaire de Moïse : il faut les écouter, il faut faire ce qu’ils disent, nous dit Jésus.
Il y a eu la parabole du pauvre Lazare, dans laquelle Abraham, notre père dans la foi, nous renvoie à notre père dans la Loi. « S’ils n’écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus. »


Mes frères, le fr. Benoît nous a interpellé ce matin sur la vérité, et bien sur sa dimension pratique. Il en a évoqué certaines, qui ont surtout trait à la famille. Le Pape François, dans Evangelii Gaudium, dénonce le relativisme pratique qui constitue l’atmosphère morale dans laquelle nous respirons, et fait explicitement le lien, dans Laudato Si’, entre la santé de la terre, et la santé du peuple. Il dit même :
« il n’est pas étonnant que, avec l’omniprésence du paradigme technocratique et le culte du pouvoir humain sans limites, se développe chez les personnes ce relativisme dans lequel tout ce qui ne sert pas aux intérêts personnels immédiats est privé d’importance. Il y a en cela une logique qui permet de comprendre comment certaines attitudes, qui provoquent en même temps la dégradation de l’environnement et la dégradation sociale, s’alimentent mutuellement. »
Mes frères, nous voici donc prêts à entendre, ce soir, que la Loi est une grâce. Pour nous, cela signifie qu’il n’est pas juste de cultiver séparément la théologie et le droit canon ; qu’il n’est pas bon de rire trop vite des scrupules du pharisiens. Car, grâce à la Loi, nous avons de beaux arbres ! Grâce à la Loi, le peuple trouve son unité ! Grâce à la Loi, enfin, nous apprenons à aller au-delà de nous-mêmes, et à entendre autre chose que les promesses du Malin : celle de la résurrection.

Fr. Thomas Zimmermann o.p.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!